Le cerveau a-t-il un sexe ?

Conférences

Au quotidien, c’est visible : les femmes ne savent pas lire les cartes routières (vive les GPS !) et les hommes ne peuvent pas faire plusieurs choses à la fois. Quand on s’intéresse à la santé, les différences sont aussi criantes. Le retard mental, l’autisme, les tumeurs du cerveau atteignent davantage les hommes. En revanche, les accidents vasculaires cérébraux, la maladie d’Alzheimer, l’anorexie ou encore la dépression touchent plus les femmes. Le minuscule chromosome Y aurait donc un rôle inversement proportionnel à sa taille.

Il fallait un couple pour en débattre : Frank Ramus, directeur de recherche au CNRS, s’intéresse surtout à l’origine et aux conséquences du « neurosexisme ». Claudine Junien, professeur émérite de Génétique médicale, regrette une médecine unisexe, dans laquelle les médicaments ne sont testés que chez les hommes. D’où sa question : peut-on encore aujourd’hui soigner les femmes … comme des hommes ?